photo_jeanpierre_bouchez

Consultant, Conférencier, Chercheur, Auteur,
au carrefour de l'académique
et de l'opérationnel


Mobiliser l’intelligence collective, développer l’innovation, mettre en œuvre et déployer le travail collaboratif, le management 2.0 et la transformation digitale des organisations…

Imprimer
PDF

Billet d’humeur : pour un nouveau logiciel managerial

Écrit par Jean-Pierre Bouchez le 24 Septembre 2015.

Les pratiques managériales sontprobablement aussi anciennes que l’humanité, comme en témoignent desréalisations ou des écrits qui ont ainsi parsemés cette longue histoire. Quel’on songe à l’érection des pyramides égyptiennes, plusieurs millénaires avantJ.-C., ou au célèbre Traité de Sun Tzu consacré à l’art de la guerre (400 av.J.-C.). Plus prés de nous, on sait que le travail à la chaine se pratiquait àl’Arsenal de Venise (donc bien avant sa découverte par Henry Ford). On peut toutefoisconsidérer que l’entrée dans la modernité managériale se situe au début desannées 1930, à travers l’apparition successive de deux cycles managériaux, alorsqu’il semble bien que l’on assiste à l’émergence d’un troisième, qui vient ébranler certaines certitudes….

l’épuisement des cyclesmanagériaux.

Le premier cycle, qualifiéde « révolution managériale », sera ainsi théorisée par un certainnombre d’auteurs, aux Etats-Unis à l’issue de la grande crise, où le pouvoir dela bourse avait été largement délégitimé. On assiste alors au retour de la« main visible » des managers, qui s’approprient la directioneffective des grandes firmes, souvent au détriment de propriétaires-actionnaires.La complexification des taches de direction contribuera à l’autonomisation et àla professionnalisation de cette fonction. La croissance vertueuse associée aux« trente glorieuses », consacrera en quelque sorte cette forme decapitalisme managérial, dans le cadre d’une société salariale et verticale.

Le second cycle, qui émerge àpartir du milieu des années 1970 s’assimile à une « grandetransformation ». Il se déploie sur la base d’un terreau environnementalet idéologique favorable, marqué par une crise durable sur fond demondialisation. On assiste alors assez logiquement au retour de nouveaux « propriétaires »(en majorité des investisseurs institutionnels) qui souhaitent débureaucratiserces grandes firmes managériales, à la rentabilité insuffisante et récupérer ainsile contrôle de leurs biens. Si la base doctrinale de cette reconfiguration aété formulée par des économistes libéraux avec la fameuse « théorie del’agence » (les managers étant considérés comme les agents des seulsactionnaires), elle a été mise en œuvre dans le cadre de la « révolutionconservatrice » anglo-saxonne durant la décennie 1980. Concrètement denouvelles règles de gouvernance encadrent l’action des dirigeants etl’organisation interne des firmes est profondément remodelée sur la base del’usage souvent excessif de processus néo-tayloriens et de la profusiond’outils de reporting et de contrôle.

Or, il apparaît à bien deségards, que ce cycle managérial a atteint ces dernières années, ses propreslimites sur plusieurs aspects. D’une part, l’usage excessif de ces dispositifs génèredes effets contre productifs inducteurs de coûts cachés conséquents bien connus :baisse de la productivité, accroissement du stress et du désengagement. D’autrepart, l’abus de cette gouvernance par les processus conduit de facto, telle une prothèse invisible, àtransformer les managers en simples gestionnaires abstraits, de sorte que le« travail réel » s’assimile à une représentation purement instrumentée.Enfin, cette logique instrumentale, échappant à ces acteurs, contribue à affaiblirla réflexion et l’analyse intellectuelle, tellement indispensable dans notre universsi complexe et incertain.

Vers l’émergence d’un cycle plus prometteur.

Aussi, sommes nous personnellementfrappés, en tant que chercheur et consultant, d’avoir pu observer in situ, ces dernières années, dansnombre de grandes firmes, l’émergence d’espaces de confiance, collaboratifs etdélibératifs qui se sont singulièrement développés à travers la pénétration desréseaux sociaux numériques. C’est notamment dans ce cadre que se sont (re)déployéesde multiples communautés, partageant des savoirs et des pratiques, sur la based’une gouvernance hybride et subtile entre un appui managérial intelligemmentpiloté, qui offre une liberté ordonnée à ces collectifs singuliers. C’est àcette condition que ce nouveau pacte donnera toute sa mesure. En faisant ainsile pari qu’il devra s’imposer à la fois aux excès du gouvernement par lesprocess et le contrôle et aux risques réels de récupération managériale étouffantalors les bénéfices de « l’esprit communautaire ». C’est bien là toutl’enjeu du nouveau logiciel managérial collaboratif, propice à l’émergence, dece nouveau cycle prometteur.

Actualités

15-16 juin 2017 (Washington DC/Georgetown University) : Colloque sur le management responsable

Notre communication avec mon collègue Christophe Assens est intitulée : Social network governance. A fair democracy ?

20 juin 2017 (Montréal/HEC Montréal) : Autour des réseaux de savoir.

Ce colloque, en collaboration avec HEC Montréal (Patrick Cohendet et Réal Jacob), portera sur la combinaison de l'articulation des réseaux et de savoirs. Ma communication sera consacrée à la gestion collaborative du savoir.

21 juin 2017 (Montréal/CEFRIO) : Autour des réseaux et des savoirs.

Conférence en binome avec Christophe Assens au sein du CEFRIO, sur l'articulation des réseaux et des savoirs autour de nos deux récents ouvrages.

21 septembre 2017 (Paris la Défense/ESSEC) : Conférence sur l'entreprise collaborative.

Cette conférence-débat présentera les différents  enjeux associés aux pratiques collaboratives dans les grandes organisations en vue de favoriser leur efficacité.

10 octobre 2017 (Paris/ANVIE) : Animation du séminaire 1 consacré à la gestion des savoirs

Ce premier séminaire consacré à la gestion des savoirs portera sur la manière de faire évoluer les modes de gestion des connaissances et de garantir leur efficacité.

7 novembre 2017 (Paris/ANVIE) : Animation du séminaire 2 consacré à la gestion des savoirs..

Ce séminaire sera centré sur la dynamisation des communautés de pratique de manière à assurer efficacement le partage des savoirs et le transfert des conaissances, de manière à favoriser l'innovation.

5 décembre 2017 (Paris/ANVIE): : Animation du séminaire 3 consacré à la gestion des savoirs.

Ce dernier séminaire sera consacré à l'organisation et à la gestion de l'information pour en optimiser l'exploitation et augmenter la valeur ajoutée de la conaissance.

Toutes ces actualités sont complémentaires à celles menées auprès de clients

Ces actualités privilégient en majorité les conférences et témoignages que je réalise régulièrement.

Contactez moi

Un formulaire de contact est à votre disposition pour toute question ou renseignement.

Certaines publications pourront être communiquées en format électronique à la demande. N'hésitez pas a me faire part de votre demande en utilisant le formulaire de contact.

Contactez Moi